Rester connecté avec nous !

Plombier-chauffagiste : se protéger des risques métier

Gestion

Plombier-chauffagiste : se protéger des risques métier

Crédit photos : Adobe Stock

Plombier-chauffagiste : se protéger des risques métier

Les organismes de prévention du secteur du Bâtiment ont déterminé cinq risques principaux liés au métier de plombier-chauffagiste. Si certains sont connus, d’autres semblent plus éloignés de ces activités spécifiques, les chutes de hauteur par exemple. Quant au risque lié à l’inhalation de poussières amiantées, pourtant bien réel, il est clairement sous-estimé par l’ensemble de la profession. Comment se protéger des risques métier?

Les activités du plombier-chauffagiste ne sont pas les plus risquées dans le secteur du bâtiment. La dernière étude spécifique qui a été menée en 2013 (source IRIS-ST) révélait un taux d’accidentologie de 72,1 pour 1 000, loin derrière les charpentiers (112) et les couvreurs (105). Pour autant, ces professionnels sont souvent confrontés à de nombreux risques dont ils doivent impérativement se préserver, notamment par le port d’équipement de protection individuelle ou l’utilisation de moyens d’aide à la manutention.

Le risque métier : la lombalgie/TMS 

Le secteur n’échappe pas aux statistiques alarmantes ! Dans tous les métiers du BTP, les troubles musculo-squelettiques représentent la majeure partie des accidents recensés. Les plombiers-chauffagistes sont confrontés à des ports de charges lourdes (chaudières, radiateurs, ballons d’eau chaude…) et travaillent régulièrement dans des postures pénibles (torsion, travail à genoux ou en force, amplitude articulaire, bras au-dessus des épaules, interventions dans des espaces restreints ou confinés)…

Se protéger du risque métier : ne pas hésiter à utiliser des aides à la manutention comme des chariots, diables, monte-matériaux, lève-chauffe-eau ou radiateur, caisses à outils sur roulettes… Approvisionner les matériaux au plus près de la zone de travail.

Le risque métier : la coupure/Sectionnement

L’utilisation d’outils à main tranchants et de machines électroportatives nécessite la plus grande prudence car bien souvent elle est source d’accidents.

Se protéger du risque métier : vérifier régulièrement l’état du matériel et le maintenir en conformité (carters…), aménager le poste de travail avec un établi pour bloquer les pièces à préfabriquer, choisir des couteaux à lame rétractable automatique.

 

Le risque chimique

Le plombier-chauffagiste manipule des produits chimiques (détartrants, acides, décapants, fluides frigorigènes, peintures, solvants, résine…). Il est également exposé à des poussières d’origines diverses : bois, ciment, silice, mais aussi au plomb, aux fumées de soudage et fibres céramiques réfractaires que l’on peut trouver dans les fours, chaudières, cheminées, brûleurs…

Se protéger du risque métier : identifier tous les produits utilisés et chaque fois que possible privilégier l’utilisation des produits les moins toxiques. Aérer la pièce de travail. Porter les EPI recommandés (vêtements, gants, masques, lunettes…). Prévoir un extincteur sur le chantier.

 

Le risque électrique

Intervention sur des installations électriques pour raccordement, travail à proximité de lignes électriques, utilisation de machines électroportatives… le risque électrique existe aussi chez les plombiers-chauffagistes ! Et depuis mai 2012, tout professionnel amené à réaliser des opérations sur ou à proximité d’installation électrique doit obligatoirement détenir une habilitation spécifique. Ce qui semble encore loin d’être le cas chez les plombiers-chauffagistes…

Se protéger du risque métier : suivre la formation et obtenir son habilitation, respecter les distances de sécurité pour les lignes aériennes (3 ou 5 mètres selon les puissances), utiliser un disjoncteur différentiel de haute sensibilité 30 mA sur les chantiers et utiliser un enrouleur de rallonge professionnel avec tambours résistant au choc et protégé contre les éclaboussures d’eau.

 

Le risque métier : la chute de hauteur

Utilisation d’échafaudage, échelle, escabeau, la profession n’échappe pas au risque de chute de hauteur. Sans parler des professionnels qui installent des panneaux solaires thermiques, sur les toits, pour la production d’eau chaude sanitaire.

Se protéger du risque métier : s’assurer du bon état du moyen d’accès en hauteur, utiliser des échafaudages avec garde-corps, planchers sécurisés, de préférence type MDS, s’équiper de harnais lorsque la protection collective n’est pas suffisante, utiliser les échelles comme moyens d’accès et non comme postes de travail.

Continuer à lire
Vous devriez lire :

Technico-Commercial au sein des équipes cedeo.fr, je vous conseille dans le choix de vos produits et sur les nouvelles tendances du marché.

Derniers articles de Gestion

Haut